La-malle-a-lys

29 avril 2018

Découverte Haute-Loire et Ardèche

1

C'est bien connu, les endroits que l'on connait le moins sont souvent les plus proches de chez nous... Quand on a quelques jours pour nous, on essaye de remédier à ça : après avoir testé le Puy de Dôme à l'automne, c'est parti pour un court séjour en itinérance de la Haute-Loire à l'Ardèche qui s'annonce riche en verdure et en musique...

  • Jour 1 : Journée ville

Nous voilà donc partis, le coffre remplis de nos instru', découvrir la préfecture de la Haute-Loire : Le Puy. Pour tout avouer c'était pas forcément une destination de prédilection : un peu l'appréhension de trouver une ville terne, vide et froide. On l'a mis sur notre étape suite à un changement de programme. Nous pouvions donc qu'être agréablement surpris!  Et franchement, on ne regrette pas du tout la visite.

2

 

Dès notre arrivée, on tombe sur de supers murs peints qui habillent des bâtiments qui laissent entrevoir derrière eux un passé riche et une activité encore présente. On s'enfonce dans la ville et on part pour un circuit de 3heures - vous pouvez bénéficier gratuitement d'un petit guide papier à l'office de tourisme. On parcourt des ruelles bordées de commerces en activités : quel plaisir de voir des vitrines aux couleurs chatoyantes qui contrastent avec les panneaux "à vendre" de nombreux centre-ville.

3

Un peu plus à l'est, rue Sainte-Claire, on oublie complètement qu'on est en ville et on se croit dans un petit village aux maisons de pierres sur lesquelles court une belle végétation. On longe la cathédrale pour accéder à la statue Notre-Dame de France qui surplombe la ville : on adore le fait de monter dans la statue et de découvrir la construction métallique par l'intérieur. En redescendant on prend le temps de visiter la cathédrale qui a conserver de belles peintures sous le grand porche. On croise ici beaucoup de pèlerins sur le départ pour le chemin de St-Jacques-de-Compostelle. Notre découverte continue sur la route d'Aiguilhe un petit village surmonter d'un rocher volcanique sur lequel est érigée la chapelle St-Michel. Nouvelle ascension de marche. Nouveau point-de-vue superbe. Il est temps pour nous d'aller investir notre airbnb et de ressortir découvrir la douceur nocturne qui habite la cité.

 

  • Jour 2 : Journée nature

4

 

 

Aujourd'hui on coupe, on lâche prise, et on se reconnecte avec la nature. Pour cela direction la pinatelle du Zouave : une forêt de pins boulanges aux formes pittoresques dûes à la main de l'homme qui coupait ces branches pour alimenter principalement les fours des boulangers.  La balade nous amène dans un univers un peu fantastique, il n'en faut pas plus pour sortir l'accordéon diatonique et jouer avec l'écho de la forêt.

 

C'est une autre promenade qui nous attend ensuite : celle de la cascade de la Beaume. Un circuit de 10,5km se terminant par la cascade et permettant de découvrir l'environnement altiligérien. Bon pour tout avouer, on s'est un peu perdu donc on vous conseille vivement de photographier le circuit au départ, parce que le fléchage n'est pas très bien effectuer. Sinon, l'OT propose des fiches circuits à 1€. La balade est agréable et la cascade vaut le détour : c'est complètement dépaysant.

 

5

Pour clore cette journée "nature", on file au lac du Bouchet avec le handpan pour jouer face à l'eau et apprécier la douceur de la fin de journée. Comme on est sur le chemin de St-Jacques il y a pas mal d'offres de logement, on opte pour la formule dortoir (toujours moins cher) d'un gîte en pleine campagne. Ça y est on a complétement coupé avec notre quotidien!

Lac du Bouchet Hand pan

 

  • Jour 3 : Journée sportive

IMG_2809

C'est parti pour un peu de sport et d'adrénaline avec du rafting dans les gorges de l'Allier : entre roches granitiques et basaltiques.  Pour nous rendre à Monistrol d'Allier, notre destination, on prend une route sinueuse qui longe les gorges et qui nous permet de visiter le village Saint-Privat-d'Allier.

Arrivés à Monistrol d'Allier, on profite d'un café en terrasse avant de nous rendre chez Tonic Aventure pour l'après-midi.Pour ceux qui n'auraient jamais pratiqués, c'est l'idéal : pas mal d'endroits tranquilles pour se familiariser avec la pagaie, quelques rapides qui vont crescendo pour avoir son lot de sensations, et un cadre vraiment sympa. Un accompagnateur nous guide et nous parle aussi du paysage qui nous entoure! On finit même par un saut depuis un rocher et une petite baignade dans l'Allier : l'eau est à 12°, merci les combis!

 6

 

Pont du diable Thueyts

Après le rafting, on quitte la Haute-Loire pour poursuivre notre périple en Ardèche : direction Thueyts où l'on fait une halte pour apprécier le "Pont du Diable". Notre objectif final est Laboule : un petit village en plein cœur des monts d'Ardèche où nous avions réservé un Airbnb qu'on recommande chaleureusement. On n'a malheureusement pas eu beaucoup le temps de discuter avec notre hôte, mais le cadre est superbe : une cabane en bois construite au dessus d'une rivière. On passe la soirée au son de la guitare et du ronronnement de l'eau!

 

  • Jour 4 - journée détente

Le cadre est tellement appréciable qu'on prend notre temps le matin pour savourer la nature environnante. En fin de matinée, on se dirige vers Vallon-Pont-d'Arc et ça tombe bien car le jeudi c'est jour de marché! Couleurs, odeurs, saveurs : on est au cœur d'un marché provençal surtout avec le soleil qui l'accompagne!

IMG_2840

Après un petit resto sympa on s'aventure vers le pont d'arc qui est superbe! L'avantage d'y aller au printemps c'est qu'on évite le tourisme de masse estivale et clairement c'est appréciable de ne pas se marcher les uns sur les autres. Surtout qu'on a apporté notre 7 Wonders pour jouer un peu. Le soleil tape et l'ombre des arbres est appréciable, mais l'eau est encore trop fraiche pour pouvoir s'y baigner.

 

 

 

 

On prend la route direction Barjac notre dernière étape : on triche un peu car c'est un village limitrophe à l'Ardèche mais qui se situe dans le Gard. A l'image des différentes étapes qu'on a pu faire sur ce séjour, le lieu est charmant avec des bâtiments en pierre, des ruelles avec des commerces ou des restaurants et une ambiance chaleureuse.

 

7

 

  • Jour 5 - journée culture

Le vendredi est aussi jour de marché à Barjac, on fait donc un petit tour surtout qu'il y a plusieurs musiciens venus animés le lieu : on apprécie tout simplement. Puis on file à l'Aven d'Orgnac. On commence par un petit tour autour du site pour voir l'entrée naturelle de l'aven puis on file au site  à la Cité de la préhistoire (entrée comprise dans le billet) où une animation "Les secrets du feu" va commencer. On apprend comment les hommes préhistoriques créaient le feu, et c'est assez impressionnant la rapidité avec laquelle l'animateur passer de la théorie à la pratique. On bénéficie ensuite d'une visite guidée de la cité historique : on a eu la chance de tomber pendant une période où elle était proposée gratuitement sinon il faut prévoir un supplément. On révise nos cours d'histoires et on les complète de manière agréable avec un musée ludique et une guide accessible.

Après la préhistoire, la géologie : direction la visite guidée de l'aven où on en prend plein les yeux : les stalactites, les stalagmites, les colonnes, les draperies, et les formes que dessine le calcaire sont impressionnantes. Le son et lumière qui clôt la visite est très bien fait : juste le dosage qu'il faut pour magnifier le site!

Aven d'Orgnac

Notre séjour s'arrête avec cette visite et nous reprenons la route le soir même pour rentrer à la maison en emportant avec nous la sympathie et la douceur de la Haute-Loire et de l'Ardèche. Voici notre feuille de route pour ce séjour :

Itinéraire Haute-Loire Ardèche

 

Mais quand même notre Forez, on aime le retrouver et il nous le rend bien... Une dernière petite photo pour la route : coucher de soleil sur les monts du Forez à notre arrivée.

IMG_2926

Posté par la-malle-a-lys à 20:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


01 août 2017

Tour de la Crète

καλή μέρα

( à prononcer "Kali Mera")

DSCF8020

  •  La Crète

On va pas y aller par 4 chemins : la Crète, on conseille vraiment !! On a adoré cette destination riche culturellement, avec une histoire à nous raconter, une vraie identité, des paysages à couper le souffle, des habitants super sympas.

Bon, à la base on est tombé un peu par hasard sur cette destination : une super offre vol + hôtel pendant 15 jours vers Héraklion pour une somme dérisoire. Sauf que c'est pas vraiment notre genre de rester en sédentaire pendant 15 jours, et surtout en creusant un peu on s'est vite rendus compte qu'Héraklion c'était loin d'être le plus bel endroit de l'île - ce qui s'est confirmé sur place. Alors on a gardé l'idée de la Crète, on a trouvé des vols au prix correct et on a construit notre itinéraire pour faire le tour de la Crète en 15 jours. On avait lu que sur une période de 15 jours il valait mieux se focaliser sur la partie Est ou la partie Ouest de la Crète, mais la curiosité l'a emporté et on est resté sur notre idée de parcourir l'île entière... Et on en a pris pleins les yeux!!

  • L'itinéraire

Capture

On a donc décidé d’atterrir à Héraklion pour repartir de Chania et de louer une voiture pour parcourir l'île sur deux semaines.

Pour éviter de passer à côté d'une des nombreuses merveilles que réserve la Crète, on s'est appuyé sur le guide du Routard et on l'a bien rentabilisé : sur place on a suivi de nombreux conseils sans jamais regretter!

Jour 1 : Arrivée à Héraklion et visite nocturne de la ville.

DSCF7941

On dort au Réa Hotel : pas très cher, mais pas très isolé. Il est super bien situé pour profiter de la ville à pied. La ville est agréable surtout en nocturne mais la côte est assez bétonnée et ne donne pas envie de s'y attarder plusieurs jours.

Jour 2 : Héraklion + Plateau de Lassithi

Le matin on visite le musée archéologique d'Héraklion : une bonne entrée en matière pour connaître l'histoire de la Crète, rencontrer les civilisations qui se sont succédées, et découvrir un peu mieux l'île. Quelques soient nos connaissances en archéo, on en prend plein les yeux!

DSCF7972

Puis direction, le plateau de Lassithi : malgré le ciel gris c'était magnifiques. Les moulins valent le coup d’œil, et le tour du plateau nous fait parcourir des petits villages qui semblent ne pas se laisser gagner par le tourisme de masse.

On passe la nuit à Malia, qui est plutôt une zone touristique dans laquelle on ne s'attarde pas trop : les bains de touristes, ce n'est pas vraiment notre truc.

Jour 3 : Île de Spinalonga + Agios Nikolaos

DSCF8027

 

Il existe plusieurs départs possibles  pour Spinalonga, mais le moins cher est de partir de Plaka, c'est donc pour cette solution que l'on opte. L'île est superbe, elle se parcoure facilement à pied et a une histoire riche avec des constructions ottomanes mais aussi celles d'une ancienne léproserie. Depuis le haut de l'île on profite d'un très beau point de vue avec le contraste entre le vert de la végétation et les eaux cristallines du contrebas.

L'après-midi, on met les voiles sur Agios Nikolaos. C'est agréable de se balader dans ville, de monter sur les hauteurs pour profiter d'un jus d'orange pressé en terrasse avec une vue sur le lac et la mer en arrière-plan. La douceur crétoise nous attrape et nous fait lâcher prise.

On finit notre trajet à Pachia Ammos. On avait très peu d'informations sur ce village qui semblait être un endroit sans grand intéret : c'est un de nos meilleurs souvenirs. On profite d'une plage complètement déserte - pendant qu'à 10 minutes de là les plages touristiques sont bondées. Le village est peu touristique et donc les quelques tavernes arborent des prix plus que corrects et on passe un super moment. On avait réservé un AirBnb qu'on conseille vivement : Matina était sympathique, et son appartement avec terrasse sur la mer était loué 31€ la nuit.

Jour 4 : Kavoussi + plage

DSCF8130

Celui là on l'avait bien repéré : l'olivier millénaire qui serait le plus vieux d'Europe. Une jolie balade permet d'accéder à cet olivier qui est majestueux! On se dirige ensuite vers une plage conseillée par le Routard au sud de Vaï, encore une fois très peu fréquentée. C'est une longue baie idéale pour faire du snorkelling, ça tombe bien on a apporté notre matériel! En fin d'après-midi, on décide de rejoindre Zakros par "le chemin des écoliers", une route peu utilisée qui traverse des villages où ne vivent qu'une poignée d'anciens. Karidi nous marque car ce village ressemble à un village fantôme. On se rend bien compte avec ce circuit du contraste de la Crète : les villages du centre se vident, car les plus jeunes vont travailler sur la côte où le tourisme offre plus d'emploi..

Jour 5 : Rando "la vallée des morts" et découverte

C'est partie pour la première rando du séjour : on attaque tranquillement puisqu'on part pour environ 2 heures de marche en descente pour rejoindre la plage. Les paysages de "la vallée des morts" sont magnifiques avec les biquettes sur les hauteurs qui nous regardent passer. Arrivés en bas, à Katos zakros, on trouve une plage isolée encore une fois sur les conseils du Routard, avec de jolis petits bateaux de pêcheurs colorés. La baignade après la rando passe vraiment bien et le tzatziki qui suit aussi! Sur place, on trouve un couple de français qui nous ramène au point de départ : sinon il existe un bus, ou encore le stop se pratique plutôt bien à cet endroit.

DSCF8243

On reprend la voiture pour visite "Voïla", un village vénitien. Un peu plus loin, on trouve une plage avec des arbres nous permettant de faire la sieste à l'ombre : c'est ça aussi la vie à la méditerranéenne. On se dirige enfin vers Koutsounari où l'on dort dans un camping.

Jour 6 : Phaïstos + Agia Galini

DSCF8344

Ce matin c'est culture : on file vers le palais minoen de Phaïstos. On visite en plein soleil : il est loin l'arbre de la veille qui nous abritait, ici tout le site est exposé au soleil et il fait vraiment lourd en plein été! Le site est intéressant mais on aurait aimé plus d'explications sur places ou de guides : on n'a pas pu bénéficié de visite guidée. Du coup la compréhension du site est un peu complexe si nous n'avons pas les bases nécessaires, c'est dommage.

On reprend la route pour nous diriger vers notre étape du soir: Agia Galini. Toutes les maisons sont blanches ici, on est vraiment dans la carte postale type de la Grèce. Les ruelles du village sont agréables à arpenter, et dans la mythologie grecque c'est de ce village que ce serait lancé Icare et son fils avant que ce dernier n'âbime ses ailes en se rapprochant trop près du soleil. Notre hôte est une petite mamie très sympathique qui nous accueille avec des petits gâteaux faits maison. La chambre est chouette avec un petit balcon donnant sur l'église blanche du village. On vous conseille donc Pela Rooms!

Jour 7 : Monastère d'Arkadi + Rethymnon

DSCF8370

Le village d'Agia Galini nous plait tellement qu'on retarde notre route prévue pour nous balader encore dans les coins que nous n'avions pas eu le temps de visiter la veille. On file ensuite pour le monastère d'Arkadi à l'histoire tragique puisque pendant la révolte crétoise des habitants préfèrent se sacrifier plutôt que de se rendre aux ottomans. Le site est intéressant d'un point de vue historique et accueille en plus des expositions temporaires.

On part ensuite pour Réthymnon où l'on arpente les ruelles de la vieille ville dont le style est marqué par l'occupation vénitienne.

Jour 8 : Forteresse de Réthymnon + Kournas

DSCF8471

La visite vaut le coup pour la vue qu'elle offre. on a beaucoup aimé aussi la jolie mosquée au cœur de la forteresse.

On se dirige vers le lac de Kournas en commençant par le village de Kournas qui le surplombe et qui vaut le détour. Ici on trouve plusieurs artisans et on en profite pour acheter du Raki, le digestif local (inspiré du raki turc pendant l'occupation ottomane) que tous les restaurateurs servent à la fin des repas. Après une pause chez "Georgia's" où l'accueil et la nourriture sont excellents - on recommande l'imam: des aubergines farcies aux légumes : une tuerie! - on se dirige vers le lac pour une après-midi farniente. On conseille le pédalo sur le lac qui permet de faire du snorkelling au milieu et surtout en mettant les pieds dans l'eau on a le droit a un fish spa gratuit!

On se dirige à Omalos pour passer la nuit.

Jour 9 : Gorges de Samaria

DSCF8597

 

 

Après une nuit à la campagne, au milieu des chèvres, le réveil est matinal aujourd'hui. Au programme les gorges de Samaria : 16 kms de rando en descente sur des cailloux mais avec en guise de récompense des paysages magnifiques et la plage en fin de marche. On en prend vraiment plein les yeux tout le long du parcours,  on peut même boire directement l'eau de la rivière puisqu'elle alimente le village de notre arrivée. Agia Roméli justement est en bord de mer, et l'on apprécie la baignade pour se rafraichir. Le retour se fait en ferry puis en bus pour une deuxième nuit paisible avec nos copines les chèvres.

 

Jour 10 :  Azogires + Paleochora

DSCF8756On reprend la voiture et on s'arrête un peu plus loin dans une taverne sur le bord de la route en pleine campagne tenue par Maria, une ancienne qui nous propose un vrai petit-déjeuner crétois. On sent que, comme dans beaucoup d'autres tavernes isolées, il n'y aura pas de repreneurs et que les anciens restent là jusqu'au bout.  On sent que Maria, comme les autres personnes plutôt âgées qu'on a croisé en campagne, est fière d'ouvrir sa taverne encore et heureuse de nous accueillir. On se sent bien ici et on aimerait pouvoir lui dire qu'elle trouvera un repreneur mais on sait que la réalité sera plus compliquée. On échange quelques mots en grec qu'on a appris depuis notre arrivée : des banalités que les locaux apprécient parce qu'on essaye de communiquer dans leur langue.

On fait un autre arrêt à Azogirès pour visiter une grotte en plein milieu de nulle part et en accès libre, qui fait assez peur! Puis on se dirige vers Paleochora où l'on se promène le long de la plage de galet en appréciant la chaleur estivale du lieu avant de nous diriger vers la plage de sable fin : la spécifité de Paleochora étant d'avoir deux plages.... et des hyppies qui sont restés là depuis 68. La Crète était sur la route de Katmandou mais pas mal de hyppies se sont arrêtés à cette étape et n'ont plus quitté l'île. On profite du coucher de soleil pour parcourir les ruines en hauteur et apprécier le paysage.

Jour 11 : Elafonissi

DSCF8779

Aujourd'hui c'est destination touristique. Elafonissi c'est une plage magnifique dont le sable est rose. En arrivant, on se croit à un festival : il y a au moins 500 voitures sur les parkings (qui sont gratuit et ça c'est appréciable). La plage est très grande donc on ne ressent pas forcément la foule qu'il y a sur place. Le lieu est splendide : sable rose, eau turquoise avec des dégradés, succession de criques. Bref, le paradis sur terre. On profite de cette journée relax avant de nous diriger à Kambos pour la nuit où nous sommes accueillis très chaleureusement par nos hôtes qui nous ont gâté en raki...

Jour 12 : Phalassarna + Polyrinnia

DSCF8888

Heureusement, pas de mal de tête au réveil pour reprendre la route direction Phalassarna. Ici aussi une très belle plage, mais on ne s'y arrête pas on cherche plutôt les vestiges archéologiques. Le site est malheureusement fermé mais on le voit très bien depuis l'extérieur avec des panneaux explicatifs.

On part pour Polyrinnia où l'on est fan de la vue depuis les vestiges. Le restaurant qui était à côté était excellent : il ne payait pas de mine mais on recommande les yeux fermés, on a adoré l'accueil, la cuisine et le cadre. On se promène ensuite dans le village où l'on rencontre un artisan qui travaille le bois d'olivier dont la boutique était atypique : une beau moment.

 

 

Jours 13, 14, et 15 : Chania

DSCF8955

Autant les échos que l'on avait d'Héraklion n'étaient pas excellent, autant ceux de Chania donnaient envie de s'attarder dans cette ville. On a donc choisi de finir notre séjour par cet ancien chef-lieu de l'île qui regorgent de choses à découvrir : les monuments, les ruelles, les différents quartiers qui ont chacun leur histoire à raconter, les promenades le long du port, ou encore les différents lieux de vies effervescents de la ville.

Pour résumer, voici notre itinéraire :

Itinéraire Crète

On espère que cet itinéraire pourra vous inspirer et que la Crète vous touchera autant qu'elle nous a touché! On espère vraiment avoir la chance d'y retourner un jour...

Posté par la-malle-a-lys à 20:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

27 juin 2017

DIY : Fabriquer une spirale d'aromates

 

Quant le soleil pointe son nez, c'est au jardin qu'il faut s'activer !

 

 

☼ La spirale d'aromates, Kézaco? ☼

 

Le principe est super simple : sur une petite surface on construit une spirale en 3 dimensions pour créer plusieurs écosystèmes :

- En haut - et donc au centre - on met une terre caillouteuse qui restera sèche puisque quand il pleut l'eau ruisselle le long de la spirale. On plante ici les plantes méditéranéennes qui craignent l'humidité.

- En bas, à l'inverse on a une terre beaucoup plus meuble qui va recevoir plus d'eau et qui sera parfaite pour les plantes qui aiment l'humidité.

- Tout au long de la spirale on ajuste selon nos envies en gardant en tête que plus on plante haut plus la terre sera sèche et plus on plante bas plus la terre sera humide.

Spirale aromate

Ma jolie spirale d'aromates

 

 

☼ DIY ! ☼

Le principe m'a fait de l'oeil pendant longtemps : la spirale d'aromates, c'est beau, c'est utile, ça fait rêver.. Oui mais toutes celles que je voyais faisaient 2 ou 3 mètres de diamètres et étaient construites en pierre. Dès qu'il s'agit de construction je sors ma carte "joker" - Oui bon OK, carte "fainéantise" plutôt...

Après moult cogitation - si, si le mot est dans le dictionnaire - j'ai trouvé LA solution : des bordures en rondin de bois. On en trouve facilement dans des jardineries, magasins de bricolage ou même sur Le Bon Coin. L'avantage c'est qu'on a juste à dérouler la bordure et hop la spirale prend forme en 10 minutes à peine.

Voici les étapes pour fabriquer la spirale :

- Piocher sur une surface d'un diamètre d'1mètre - à ajuster selon les envie et l'espace.

- Faire un tas de terre.

- Mettre en place la bordure de rondins en spirale tout en ajustant la terre pour créer la pente.

- Ajouter des cailloux au centre et en mettre de moins en moins en déscendant.

- Planter les aromates.

 

Y HASTA !

 

Voici les plantes qui composent ma spirale :

- Tout en haut : Lavande

- En descandant : Thym, romarin, verveine citronnée, menthe poivrée, verveine officinale, basilic.

- Tout en bas : Ciboulette (au nord), menthe laineuse, sauge (au sud).

A adapter selon les envies de chacun!

 

Je l'ai fabriquée à l'automne 2016 et j'ai découvert le mois dernier que mes 2 menthes se sont mélangées et ont créé une troisième sorte de menthe qui a un goût très citronné : les petits plaisirs de la spirale!

 

A vous de jouer !

 

Posté par la-malle-a-lys à 16:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

01 février 2017

City-trip Cracovie 3 jours

Dzień dobry!
 

DSCF6977

Quelques jours de repos la première semaine de janvier nous donnent envie de découvrir une nouveau lieu. En cette période froide, les premières destinations qui nous attirent sont ensoleillées et avec des températures douces. Mais notre budget nous rappelle vite à l'ordre. Du coup, on décide d'utiliser l’outil "Inspirez-moi" d'Easyjet pour trouver les destinations les moins chères aux dates que l'on cherche. Cracovie apparaît avec des tarifs corrects et nous attire complètement. On poursuit notre recherche avec l'onglet "séjours" du site et on trouve une super offre comprenant le vol et l'hébergement. Réservation validée, direction la Pologne!

Cracovie est une ville qui borde la Vistule - pas très sexy en français, mais Wisła en polonais sonne mieux! Capitale de la Pologne du XIe siècle au XIe siècle, puis un temps sous domination autrichienne, plus tard au premier plan lors de la seconde guerre mondiale, puis comme toute la Pologne appartenant à l'URSS...  Cracovie est donc imprégnée de cette histoire - ces histoires - et chaque bâtiment qui la compose représente le témoin d'unE époque.

  •  Jour 1 : A la rencontre de la ville

Nous voilà donc partis à la découverte du Stare Miasto et à la rencontre de l'histoire cracovienne. Notre hôtel est proche de la Vistule, on décide donc de la longer pour rejoindre le château du Wavel, qui surplombe la ville. Le cadre est superbe et la cathédrale nous plaît particulièrement avec ses chapelles et tours colorées qui se distinguent bien depuis l'extérieur. Le cadre est enchanteur, et les monuments possèdent tous leur propre style tout en composant un espace harmonieux. En haut, il faut aussi s'approcher du dragon associée : Les fils de Krak, fondateur légendaire de Cracovie, auraient vaincu le dragon qui menaçait la ville..

1

La visite se poursuit par la place du marché - Rynek Główny - qui est très agréable. On a la chance d'avoir encore le marché de Noël ce qui la rend d'autant plus charmante : des calèches tirés par des chevaux décorés se promènent  au milieu des stands de vin chaud et de nourriture _ il faut absolument tester les pierogi ruskie!! Un très bel édifice trône au centre de la place : l'ancienne hall aux draps accueillant aujourd'hui quelques commerces aux articles traditionnels de Pologne. De l'autre côté de la place il faut absolument entrer dans la basilique Notre-Dame : l'intérieur vaut le détour,et le retable qu'il contient aussi.

2

 

 

3On se dirige ensuite vers le barbacane et la porte Florianska témoins du XVe siècle et ressemblant à un petit château fortifié de forme arrondi. Il ne vous reste plus qu'à vous perdre délibérément dans les rues du Stare Miasto dont les bâtiments réservent beaucoup de jolies découvertes...

On retourne en fin de journée à notre hôtel sous la neige et le froid, et on apprécie de finir la journée dans l'espace spa, avec un bon sauna pour nous réchauffer!

 

 

  •  Jour 2 : Six pieds sous terre

Pour ce deuxième jour, on souhaitait faire une excursion à proximité de Cracovie. On hésitait entre deux sites : Auschwitz ou les mines de sel. On a opté pour les mines de sel en sachant que le lendemain, nous allions visité un musée lié à la seconde guerre mondiale.

Nous voilà donc partis de bon matin avec la ligne 304 du bus pour nous diriger à Wieliczka et visiter un site reconnu par l'UNESCO. Le lieu est superbe, tant par son histoire que par le cadre. Les salles se succèdent et on s'enfonce peu à peu pour atteindre le 3ème niveau en découvrant l'histoire de cette mine, en admirant des sculptures de sels, et en contemplant la fameuse cathédrale de sel sculptée en plein cœur de la mine. Le site est fantastique et deux visites en français sont proposées par jour. Bon, on n'avait pas vraiment regardé les horaires en amont, donc on en a suivi une en anglais.

4

Le seul bémol c'est la gestion du site et le côté "usine à touristes" - oui oui même en janvier... Les départs de groupes se succèdent et la guide doit tenir une cadence assez élevée. Si on est au fond du groupe, on n'entend pas toujours le commentaire à cause de la faible portée des micros, et surtout on n'a pas le temps de voir correctement les effets de certaines salles. Il y a aussi une "pause commerciale" en quasi fin de visite avec magasin de souvenir et café au cœur d'une salle, plus de 100 mètres sous terre. Une seconde salle en fin de visite accueille plusieurs stands pour acheter aussi. En résumé : le site est incroyable mais gâché par la gestion de la structure.

5

On retourne dans Cracovie, et on file ensuite se promener au cœur d'un marché pour s'imprégner de l'ambiance de la ville. Direction le marché de stary kleparz où l'on s'imprègne des images, odeurs, et sons d'ici. On se promène et on profite du paysage enneigé qui s'offre à nous.dscf7195.jpg

 

On continue l'intégration en nous rendant un bar de jeux : le Cybermachina. On prend un verre dans ce lieu sympa, et on s'amuse sur les jeux à disposition. On en profite pour faire un baby-foot avec deux polonais, et on passe un bon moment.

 

 

  • Jour 3 : A travers l'histoire

 

7

8

L'histoire de Cracovie est tragiquement liée à l'épisode de la seconde guerre mondiale. Nous décidons pour ce dernier jour sur place de nous promener dans l'ancien quartier juif : le Kazimierz. Beaucoup de synagogues ainsi que de nombreux lieux de mémoires jalonnent ce quartier. A noter que ce quartier a été oublié pendant la période communiste et a commencé à redevenir un lieu de vie à partir des années 90. On trouve ici beaucoup de créations artistiques, de boutiques pittoresques ou atypiques et pas mal de street art.

 

 

 

Notre parcours passe par :

-le cimetière Remuh qui date du XVIe siècle et le nouveau cimetière qui lui date de 1800 et qui est marqué par les conséquences de la Shoah : de nombreuses tombes et plaques commémoratives sont présentes ici.

DSCF7208

-La vieille synagogue à l'architecture gothique et construite tout en brique et en pierre. La visite d'une autre synagogue pour découvrir mieux la culture juive.

-La place Nowy qui accueille un charmant petit marché et dont le cœur est habité par une construction ronde

DSCF7261

 

 

 

-La place des "héros du gettho" (place Zgody) où sont placées une multitude de chaises qui commémorent les déportés en symbolisant les biens laissés sur places.

 

 

 

 

 

 

 

On poursuit notre promenade en grimpant vers le tertre de Krakus pour avoir un superbe point de vue sur Cracovie.

9

En redescendant, la faim commence à se faire sentir et on tombe par hasard sur le restaurant Kuchnia Gaska. La décoration intérieure est élégante et chaleureuse : on se sent bien. La carte donne envie de tester beaucoup de choses et les plats étaient excellents! Bref, on recommande chaleureusement.

Après nous être restaurés, on poursuit notre visite à l'Usine Schindler dont le nom évoque aussi un roman et un film. Le musée présente Cracovie sous la seconde guerre mondiale. Il est passionnant avec de nombreux documents d'archives intéressants - photos, textes, affiches, vidéos - qui permettent de découvrir toujours plus d'informations sur une réalité qu'on pense, à tort, déjà connaître. La scénographie remplie sa mission en nous mettant dans une ambiance particulière selon la salle dans laquelle on se trouve et nous fait comprendre l'atmosphère qui régnait dans la ville au fil de la guerre.

Il vaut mieux aller le visiter tôt : nous sommes arrivés à 15h30 il ne restait que 7 places - le nombre est limité. Et surtout les 2h30 de visites ne nous ont pas suffit : on aurait largement pu passer une demi-journée dans ce lieu sans voir passer le temps...

10

On retourne ensuite à notre hôtel pour une dernière nuit à Cracovie avant de repartir doucement le lendemain à l'aéroport - avec un dernier passage dans le centre de Cracovie pour lui dire au-revoir.. On part en se disant que Cracovie est une belle destination et nous donne envie de découvrir d'autres régions de la Pologne!

Posté par la-malle-a-lys à 20:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

23 janvier 2017

Cuir de pomme-gingembre-canelle

Une fois n'est pas coutume, un peu de cuisine sur ce blog..

DSCF7302

 

Les cuirs de fruits ressemblent aux pâtes de fruits sauf qu'ils sont  beaucoup plus fins, fabriqués sans sucre, et surtout déshydratés. Ils sont donc idéal pour des petits encas sains tout au long de la journée, d'autant plus qu'il est hyper simple d'en réaliser...

Ingrédients :

- 1 kg de pommes

- 1 C. à soupe de poudre de gingembre

- 1 C. à soupe de poudre de cannelle.

 

Recette ( en 3 étapes, c'est tout!) :

1/ Mettre vos pommes en compote, en ajoutant le gingembre et la canelle.

étapes

2/ Etalez la pâte obtenue sur une plaque puis mettre au déshydrateur à 50° pendant 4-5heures. Sans déshydrateur on peut utiliser le four - qui consomme un peu plus.

3/ Démoulez, coupez, et réalisez de petits rouleaux que vous placez dans un bocal hermétique.

Rouleau

 

Et voila c'est tout ! Simple et efficace.

 

Une recette hyper simple pour un résultat savoureux avec des déclinaisons de fruits/légumes/épices possibles à l'infini!

Posté par la-malle-a-lys à 15:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,


20 décembre 2016

Retour

Bonjour aux passagers sur ce blog,

Voilà plus d'un an que je n'étais pas passée sur le blog, ayant décidé en octobre 2015 de mettre hors-ligne toutes les publications que j'avais faite.

Le blog était devenu chronophage et ça m'embêtait de chercher de nouvelles recettes, ou des trouvailles ZD alors que les basiques que j'avais fait me convenaient très bien.

Par curiosité, j'ai décidé de venir voir l'activité - que je pensais inerte -  du blog. Surprise, depuis l'année passée il y a plus de 1000 visiteurs qui ont trouvé page blanche. J'ai donc décidé de republier certains articles : tous les bilans du défi ZD (il manque octobre, novembre, et décembre que je n'ai jamais pris le temps d'écrire), quelques recettes home-made, et deux ou trois billets d'humeur.WP_20151115_027

 

Peut-être que ça va me redonner l'envie de passer du temps sur ce blog et surtout de conserver mes recettes. Car depuis que je n'ai plus le blog je ne prends plus la peine de répertorier mes recettes cosmétiques quelque part et forcément quand je veux les reproduire... Ce n'est jamais la même chose !

 

Peut-être à bientôt pour de nouvelles aventures...

 

Posté par la-malle-a-lys à 10:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

30 septembre 2015

Bilan 0 Déchets mois de septembre

 

Ca y est on rentre dans le dernier trimestre du défi...

 

Bon le Zéro déchet dès le mois de septembre c´était apparemment un peu trop optimiste. Il y a encore beaucoup de choses quón ne peut pas trouver en vrac et que j'ai donc dû acheter avec des contenants : huile, vin, beurre, vinaigre, mais aussi miel ou bicarbonate de soude... Mais pour tous ces produits du quotidien, il faut bien avouer que sans magasin de vrac à proximité ça ne changera pas. Je n'ai malheureusement pas le temps d'aller chez les producteurs pour le vrac et je doute du côté écologique de la chose si je dois faire 50 km en voiture - on a rarement vu les bus avoir des arrêts dans des fermes - pour 250g de beurre ou 1L d'huile.

Bref, j'arrive ce mois-ci aux limites du 0 déchets en tant que consommatrice - mais ne me croyez pas découragée pour autant hé hé. Pour que je puisse passer au 100%, il faudrait que les pratiques commerçantes évoluent. J'ai découvert la boutique de rêve à Barcelone - Merci Sirop de Menthe pour ce bon plan - " El pages d´or " oú tout est en vrac et très bien fait. En France le principe se démocratise depuis la création de La Recharge à Bordeaux ou encore avec le nombre croissant d'épiceries Day By Day dont le principe est la vente en vrac.

Justement en parlant de "pratiques commerçantes", j'ai voulu comprendre un peu mieux d´où venait cette société du jetage perfectionné en posant quelques questions à ma grand-mère, ma mère et en y répondant moi-même... Voilà ce que ça donne.

 

 

=> Quand tu avais 15 ans, où allais-tu acheter les produits quotidien?

 

- Ma grand-mère ( 15 ans en 1953, contexte rural)

Il y avait une épicerie/café/tabac dans le bourg. Le boulanger passait deux fois par semaine et le boucher une fois tous les 15 jours puis toutes les semaines. Mais on n'achetait pas d'oeuf, pas de lait parce qu'on avait tous des poules et un voisin qui avait une vache. Pareil pour les gâteaux, le beurre, le fromage et le sarrasson c'était ma mère qui les faisait. Et pour le saucisson, on tuait le cochon. Ah et aussi, en hiver il y avait le marchand d'hareng qui passait une fois par mois et il criait " Hareng frais! Hareng frais! ", commme ça on savait qu'il était là. Et puis, il y avait beaucoup de colza par chez nous donc on l'emmenait au moulin avec une pièce, ils en faisaient de l'huile et nous la donnaient. Et le vinaigre on le faisait à la maison à base de vin.

- Ma mère ( 15 ans en 1978, contexte rural)

Pour le lait, on allait chez " la France" - à la ferme - avec nos bouteilles en verre. Sinon, il y avait une grande superette, et il y avait déjà le marché à Montbrison le samedi matin donc ma mère prenait le bus pour y aller. Le boulanger passait tous les jours avec la camionette. Je me souviens bien de l'ouverture du premier Géant Casino à Saint-Etienne, c'était l'évènement. Je ne sais plus exactement si c'était en 77, 78, ou 79 mais je me rapelle bien y être allée avec mes parents pour voir...

- Moi ( 15 ans en 2006, contexte semi-rural - ou semi-urbain c'est selon hé hé)

Et bien c'est plus simple : un super U à 800 mètres de chez moi, un discounter à 1km, et à moins de 3 km : un Carrefour, un Casino, et un Intermarché. Si avec tout ça, on ne trouve pas ce qu'on cherche..... Pour reprendre l'exemple du pain, il y a deux boulangers dans ma ville de 3000 habitants. Pour les prodruits frais quand même, on a toujours le marché du samedi matin. 2006, c'est à peu près cette année là que le premier magasin bio fait son apparition dans le paysage local.

 

 

=> Quand tu avais 15 ans, qu'est-ce que tu ne trouvais pas à proximité et que tu trouves aujourd´hui ?

 

- Ma grand-mère ( 15 ans en 1953, contexte rural)

Aujourd'hui, il y a plus de parfums et plus de marques pour une seule chose, par exemple la lessive tu as Ariel, Omo... Alors qu'avant tu n'avais pas le choix, il y en avait qu'une sorte. Ah et aussi, il n'y avait pas de tickets gratte-gratte - entendez par là les jeux à gratter de la Française des jeux. Il y avait aussi peu d'eaux minérales, d'ailleurs je me rappelle bien pour mes 5 ans, je me suis achetée ma première limonade.

- Ma mère ( 15 ans en 1978, contexte rural)

Il fallait aller dans différents commerces mais on trouvait de tout. Si, peut-être les vêtements, pour s'habiller on allait à Saint-Etienne.

- Moi ( 15 ans en 2006, contexte semi-rural)

Depuis 2006, je crois que ce que l'on trouve dans les magasins est similaire. Il y a peut-ètre un renouveau des produits naturels - ou en tout cas dits-naturels : on peut facilement acheter du bio, du sans gluten, du frais.....

 

 

=> Quand tu avais 15 ans, qu'est-ce que tu jetais à la poubelle et qui la ramassait ?

 

- Ma grand-mère ( 15 ans en 1953, contexte rural)

On n'avait pas de poubelle car il y avait très peu d'emballage. Les médicaments on les ramenait à la pharmacie, mais l'eau de javel par exemple, c'était consigné. On rapportait notre bouteille vide et on en prenait une pleine. Le sel (gros et fin) et la farine c'était au détail. Et puis la moutarde c'était au pot : on venait avec notre seau en fer. Si on avait trop de seaux en fer, on les utilisait pour traire les chèvres : c'était pas du plastique hein. La cire pour les meubles aussi c'était en vrac. Et puis le journal c'était pas tout le monde qui était abonné, on se le passait à 3 ou 4 et puis on le mettait pour la chaudière. Pour l'apéro les gens faisaient eux-mêmes avec des fruits quoi, et puis on achetait un pernot de temps en temps. Il n'y a que le sucre que j'ai toujours connu au kilo dans un carton, sauf le cristallisé, lui, il était au détail.

- Ma mère ( 15 ans en 1978, contexte rural)

C´était pas dans mes problèmes à 15 ans alors c'est dur de me rappeller. Il y avait peu de choses jetables en fait : pas de mouchoir en papier, pas de bouteille jetable. Ca existait, mais on n'en achetait pas. Les vêtements on les donnait aux voisins ou on se les passait à des plus petits dans la famille. Si, il y avait bien "la gandouse", c'était une décharge à ciel ouvert, il y en avait une à côté de chez nous. D'ailleurs, avec mon cousin, on allait fouiller et on trouvait des trésors : on cherchait des piles pour faire marcher le transistor.

- Moi ( 15 ans en 2006, contexte semi-rural)

C'est un peu comme aujourd'hui on jettait tous les emballages et toutes les choses "sales". Sauf qu'en 2006, c'était les débuts du tri sélectif chez nous. Il y avait donc une collecte des ordures par semaine, et une tous les quinze jours pour le tri sélectif.

 

J uste pour plus de précision, je vous ai mis qu'on est là dans un contexte plutôt rural, sinon le principe de ramassage des ordures existe dans la capitale depuis le Moyen-âge. Et la taxe qui va avec depuis la Renaissance.... Ça veut bien dire qu'il y a des déchets en ville depuis bien longtemps : il s'agissait plutôt de choses organiques - excréments et restes alimentaires.

 

 

Voilà en résumé, je me suis rendue compte que ma grand-mère n'a pas été traumatisé de ne pas produire de déchets... Et que finalement, l'avantage du XXIe siècle c'est que l'on trouve plus de choses, plus facilement. En a-t-on vraiment besoin? C'est une autre question..

 

Posté par la-malle-a-lys à 18:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

15 septembre 2015

masque rhassoul pour cheveux tout doux

Une recette toute simple pour avoir des cheveux doux et même des jolis reflets (pour cheveux blonds ou clairs).

 

Rhassoul 1

 

 

Tout est dans la photo hé hé... 3 ingrédients à mélanger ensemble:

- Une dose de rhassoul (argile volcanique du Maroc) ou à défaut d'argile verte

- Une dose de miel

- Une double dose d'hydrolat de camomille - pas de whisky hein..

 

 

La mixture donne ceci :

masque rhassoul 2

 

 

A appliquer en masque pendant 10 à 30 minutes avant le shampoing.

 

Et voilà pour une petite recette coup de coeur, toute simple et rapide à faire.

Posté par la-malle-a-lys à 17:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

31 août 2015

Bilan Zéro Déchet - Mois d'août

Ce mois-ci la thématique du défi zéro-déchet était "les producteurs locaux". Ben oui dans l'idée si on achète local, ça signifie moins de transports donc moins d'emballages (palettes, films plastiques de protections...). Et bien évidemment c'est bon pour l'économie, et puis c'est agréable de savoir d'où vient ce qu'on consomme.

 

Pour le coup, je n'ai pas attendu le mois d'août pour acheter local. Du coup, voici mon avis sur les différentes façons d'acheter des produits...

 

* Le marché 

pro1

C'est pratique chez moi il est tous les samedis matins. On y trouve à la fois des revendeurs et des producteurs. Pas toujours évident de s'y repérer, me direz-vous. Et bien, les revendeurs ont généralement des énormes bancs alors que les producteurs proposent moins de choses. Sinon il suffit de demander - ah bon!?!

Le + : J'ai pris l'habitude des endroits où j'aime bien me servir, je sais donc que ma fromagère accepte mes boîtes pour me servir et mes maraîchers acceptent mes sacs en toiles. Je crois que sur le marché personne n'a jamais refusé que j'utilise mes contenants, même le vendeur d'olives à accepter - alors si le vendeur d'olives à accepté hein.... En fait c'est ça qui est le plus agréable : l'ambiance, tout le monde est plus détendu, la communication se fait facilement. 

Le - : C'est seulement les samedis matin, donc il ne faut pas avoir autre chose à faire pour pouvoir y aller

 

* La Ruche qui dit Oui

pro2

Le principe est simple : une personne ouvre ses portes et accueille les produits de producteurs locaux. Il faut commander au préalable sur internet et on a plus qu'à aller chercher à un moment précis : c'est un peu comme un drive des producteurs avec un lien social en plus. La Ruche dans laquelle je vais ouvre tous les vendredis de 16h30 à 18h30, il faut juste que je commande avant le mardi et que j'aille chercher ma commande le vendredi. La personne qui la gère est très active, du coup elle propose souvent des recettes à base des produits proposés, elle fait des petits gâteaux et propose à boire ce qui rend la démarche encore plus sympa.

Le + : On sait en avance ce qu'on achète ce qui permet de s'organiser. L'ambiance est sympa aussi.

Le - : Les gérants des Ruches ont une petite commission du coup les produits sont un peu plus cher qu'au marché. Au niveau des déchets, comme tout est préparé à l'avance le fromage et la viande sont emballés, par contre on amène quand même son sac pour récupérer l'ensemble des produits.

 

* Magasin de producteurs

J'ai testé ce mois-ci un magasin de producteurs. En fait, c'est ni plus ni moins une épicerie où l'on trouve de tout, sauf que les produits sont régionaux. Là encore, ils ont accepté mes contenants pour  le fromage.

Le + : L'amplitude horaire est large.

Le - : J'ai retrouvé quelques produits qui sont aussi à la Ruche ou au marché, et c'était plus cher, et l'ambiance est quand même moins sympa.

 

* Paniers

pro3pro4

 

Je n'ai pas encore testé tout ce qui est du principe des abonnements aux paniers :les AMAP, ou les Jardins de Cocagne par exemple. C'est vrai que c'est pratique d'aller chercher chaque semaine un panier de légumes - ou autres - avec des recettes, d'autant plus que ce sont des initiatives qui privilégient le maintien professionnel ou la réinsertion professionnelle. Par contre, le fait de ne pas pouvoir choisir ce qu'il y a dans les paniers ne me correspond pas vraiment. 

 

* Vente directe à la ferme

Ca je ne l'ai pas testé ce mois-ci, mais j'aime bien participer chaque année à l'événement "De ferme en ferme". Pour le coup je visite chaque fois une nouvelle ferme et j'achète toujours des choses au producteur - pas par obligation hein, mais parce que ça fait tellement envie quand on sait d'où ça vient. J'ai essayé de trouver un site internet qui regroupe tous les producteurs locaux mais la plupart sont incomplets. Il y en a deux qui ne sont pas trop mal : acheteralasource.com et illicomesproduitslocaux.fr

 

Pour le reste du bilan :

- Je suis aussi retournée dans mon Super U pour acheter de la viande à mon homme, mais là ils n'ont pas accepté ma boîte. Apparement pour une raison d'hygiène certains supermarchés refusent,  alors que d'autres acceptent. C'est un peu du cas par cas.

- Sinon la bonne nouvelle c'est que je vais participer à une session de La Ruche qui dit Oui pour proposer aux gens des astuces pour le ménage au naturel. Et je vais aussi animer un stage de trois séances pour la confection de produits ménagers dans le centre social de ma ville. Je ne vous avais pas encore parlé de mes produits d'entretiens parce que j'attendais la thématique du mois d'octobre du défi Zéro-Déchet.

On se retrouve en attendant en septembre avec un objectif zéro emballage.

Posté par la-malle-a-lys à 16:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,

28 juillet 2015

Bilan juillet défi zéro déchet

La thématique de ce mois-ci était la création de cosmétiques avec le moins d'ingrédients possibles. Mais, vacances obligent, je n'avais pas beaucoup de temps pour la tambouille. Du coup j'ai modifié le défi pour faire une trousse de toilette minimaliste en voyage. Voilà ce que ça a donné...

 

 

WP_20150713_001

 

 

Je suis partie avec seulement des indispensables :

 

  • Un savon SAF fait maison pour le corps et les cheveux

     

  • Un déo dont vous pouvez trouver la recette en cliquant ici

 

  • Un démaquillant qui fait aussi office de crème de visage : bah oui il nourrit et il hydrate alors pourquoi faire multiples quand on peut faire unique ? :

    2/5 HV (olive), 2/5 hydrolats (bleuet et camomille), 1/5 gel aloe vera

 

  • Un dentifrice. Je vous écris ma recette parce qu'après de multiples essais de dentifrices je trouve celui-ci plutôt réussi mais je suis encore en train d'essayer de le peaufiner, alors n'hésitez pas si vous avez des conseils/remarques à faire :

    40g HV Coco, 32g Argile blanche, 9g Carbonate de Calcium, 25g hydrolat de camomille, 5g de glycerine, 7 gouttes d'HE menthe poivrée, 3 gouttes dHE citron, et 15 gouttes de Cosgard

 

  • Du parfum : c'est la recette Concrète de parfum Sukha du livre Secrets d'Ayuverda, par Aroma-Zone. A base de Gingembre et de Patchouli, le mélange était parfait pour l'été.

     

  • Une huile pour le corps ultra simple à faire :

    2/3 HV grasse (olive) , 1/3 HV sèche (tournesol), 3% d'huiles essentielles (menthe poivrée, lavande, et ciste)

 

Et voilà les 6 produits qui composaient ma trousse de toilette et qui étaient largement suffisant. Vous ne voyez pas de crème solaire non plus parce que je n'en ai pas utilisé, et malgré le soleil plus que chaud de l'Italie du sud, je ne suis pas passée par la case rose écrevisse... Promis je vous écrirai un article prochainement pour vous expliquer comment on fait quand on est blonde et blanche pour ne pas prendre de coup de soleil sans crème solaire.

 

 Pour ce qui est du bilan plus généraliste du zéro déchet, il est un peu plus mitigé :

  • déjà parce qu'en vacances on n'a pas vraiment le choix d'imprimer les billets de bus, de trains, ou même les tickets d'entrés dans les musées ou autres sites... J'allais quand même pas prendre les cartes magnétiques d'abonnement de toutes ces villes dans lesquelles je ne reviendrais peut-être pas...

  • Aussi parce que c'est impossible d'amener sa batterie de récipients et sacs pour aller faire ses courses sans savoir d'autant plus où on trouvera du vrac.

  • Et puis surtout, il faut bien se l'avouer, quand on est en vacances on a envie de simpliciter, de repos, de casser le rythme, et de changer les habitudes : forcément plus de restos, ou de sandwichs, donc plus de déchets.

     

Mais 'Tention hein, ça ne fait pas de moi la sérial-déchetteuse n°1J'ai quand même pris le temps un soir de ramasser les déchets trouvés dans la mer pour les mettre à la poubelle - moindre mal pour ma conscience ☼. Et puis j'ai été soulagée de voir que le tri sélectif se faisait plutôt pas mal en Italie : ils sont mêmes au tout-plastique. C'est à dire que mes films et emballages plastiques allaient directement au recyclage alors que nous en France c'est loin d'être le cas partout - pas chez moi malheureusement. La plupart des lieux publics étaient équipés de poubelles séparées pour pouvoir faire le tri plus facilement, et j'ai même vu des sites avec 5 poubelles : une pour le plastique, une pour le verre, une pour le papier/carton, une pour les déchets ultimes, et une..... pour les bio-déchets (restes de nourriture). -

 

Et aussi - j'en ai des choses à vous raconter- autre point noir : on a craqué pour un petit chat - Oh Mon Dieu... Alors là forcément pour le zéro déchet ça devient tout de suite un peu plus compliqué. Mais on essaye de limiter la casse : boîte à litière trouvée en brocante, et utilisation d'une alternative à la litière habituelle : les pellets de bois. Ils sont normalement utilisés pour le chauffage, mais sont très absorbants. D'ailleurs ils sont parfois utilisés comme litière pour les chevaux, et sont biodégradables. Et au passage c'est beaucoup plus économique : 5 euros les 15 kilos. Qui a dit que consommer écolo était plus cher?

 Source et plus d'infos sur la litière :  http://www.consoglobe.com/les-litieres-pour-chat-naturelles-et-ecologiques-cg/2

 

Et bien voilà pour le bilan de juillet, on se retrouve en août avec plus de liens avec les producterus locaux...

 

 

Posté par la-malle-a-lys à 16:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,