Le mois de mai a filé à toute vitesse, ne serait-ce pas l'effet jours fériés??? Nous voilà donc déjà à la fin du mois et l'heure du bilan a sonné... Et c'est pas parfait, parfait.

 

Bon pour ce qui est des bouteilles plastiques, elles ont totalement disparues de ma vie : eau du robinet depuis mars, et bouteilles en verre pour le reste (huile, jus de fruits).

Pareil en ce qui concerne est flacons dans la salle de bains : plus de shampoing ou gel douche je suis passée au savon, et je suis en train de finir les derniers reliquats de produits "conventionnels" qui me restaient en les remplaçant peu à peu par du home-made donc dans des emballages que je réutilise.

Plus de sacs plastiques non plus, d'autant plus que ma collection de sacs réutilisables s'agrandit petit à petit. 'Y a pas à dire, une fois qu'on est habitué c'est quand même vachement plus pratique : le sac plastique c'est has-been en 2015..

DSC00210

Mais il reste encore du chemin...

Par contre pour ce qui est des films plastiques et du suremballage, les choses se sont compliquées. Une soirée à l'appart' à l'improviste, je file acheter des pizza et là c'est le drame (papapapAAAmm!) : impossible d'en trouver sans film plastique! Et ce n'est qu'un exemple parmi d'autres. Alors oui dans un monde idéal, je fais mes pizza en 2 minutes top chrono où bien j'ai des contenants XXL et je demande au pizzaiolo de me les mettre dedans mais je n'avais ni le temps ni les bonnes boîtes -d'ailleurs ça existe format pizza?.

Bref, on va oublier la péripétie pizza... Mais dans l'idée j'ai été plusieurs fois "obligée" d'acheter du plastique. Bah oui c'est un peu comme ça que je vois la chose, je n'achète pas juste un produit j'achète son emballage et là en l'occurence du plastique - donc du pétrole...

Changer son mode de vie pour ne plus produire de déchet, c'est vraiment intéressant pour soi, pour sa qualité de vie, et pour son porte-feuille, mais si on ne s'organise pas un minimum - non pas que je sois bordélique hein.. Quoique - on atteint rapidement les limites.

Et puis mon homme n'est pas dans la démarche zéro déchet - bon si un peu par obligation en fait. Donc même s'il respecte totalement l'idée - et qu'il refuse même le papier autour du pain - il ne va pas s'empêcher d'acheter des choses en fonction de leur emballage, et bien heureusement d'ailleurs puisque c'est mon choix, le mode de vie zéro déchet. Du coup je retrouve quand même du plastique dans la poubelle.

Tout ça pour dire que le plastique : on en mange au quotidien et à toutes les sauces, et que ce défi me permet d'en prendre pleinement conscience. Et puis ça ne serait pas drôle si je réussissais à 100% toutes mes missions mensuelles, là au moins j'ai une marge de progression!

 

D'ailleurs on se retrouve le mois prochain pour le défi : producteurs et p'tits plats maisons.